Les bonnes résolutions ne servent à rien !

bonnes resolutions

Les bonnes résolutions ne servent à rien !

Chaque année, c’est la même chose. Minuit sonne, on débouche le champagne et on se plie au rituel des bonnes résolutions.

Si vous êtes ici, c’est vraisemblablement que la question de la forme et de la santé vous importe. Alors, vous allez sans doute vous dire qu’il faudrait faire plus de sport, manger mieux, arrêter de fumer, se coucher plus tôt, etc… OK.  Pareil que l’an passé (ou à peu près), n’est-ce pas ? Autant cesser l’hypocrisie: rares sont ceux qui parviennent à tenir leur bonnes résolutions ! D’ailleurs, si vous êtes un habitué des salles de sport, vous avez remarqué  l’affluence durant le première quinzaine de janvier et la diminution progressive des effectifs ensuite, non ?

Alors, cette année, osez dire non aux bonnes résolutions ! Au pire, vous passerez pour un original, au mieux, pour quelqu’un d’avisé ! Voici quelques arguments pour rejoindre le camp des anti-bonnes résolutions:

Les bonnes résolutions : la porte ouverte à la procrastination

Que vous comptiez être plus régulier à la salle de sport, vous levez plus tôt le matin ou encore manger davantage de légumes, il y a toujours une petite voix dans votre tête qui vous dira « Mmm, attends demain, ce sera mieux… » Et vous remettez, remettez, remettez… en vous trouvant de bonnes excuses : « J’ai pas le temps », « C’est compliqué », « Je suis fatigué »

Résultat, ce n’est jamais le bon moment et une résolution prise en janvier finit en général à la poubelle au printemps faute d’avoir réussi à la rendre effective.

Les bonnes résolutions nous sapent le moral

On est tout joyeux quand on dresse nos bonnes résolutions. Mais quand on ne parvient pas à les mettre en action, ces dernières deviennent un fardeau lourd à porter et on rentre fatalement dans une méchante spirale d’auto-culpabilisation avec une estime de soi dans les chaussettes. Et, à partir de là, c’est un cercle vicieux : on déprime, on se dévalorise et on trouve encore moins la force de se bouger !

Les bonnes résolutions : du pur conformisme social

Faites un point sur vos bonnes résolutions de l’année dernière. Quelles sont celles qui vous tenaient personnellement à cœur ? Il y a fort à parier que la plupart répondaient purement et simplement à une exigence sociale, à un « il paraît que« , « on m’a dit qu’il faudrait que« .

Mais aviez-vous VRAIMENT envie de vous coucher plus tôt, de perdre 3 kg ou d’aller à la salle 4 fois par semaine ? Quels sont les bénéfices et les satisfactions que vous pouviez en tirer à titre individuel ? Est-ce que la mise en œuvre était véritablement tenable pour vous ? La réponse est sans doute non. Et c’est là où le bât blesse.

Les bonnes résolutions répondent le plus souvent à ce que notre entourage (familles, amis, collègues, etc) ou plus généralement à la « morale » collective attend de nous et non à ce que nous désirons vraiment. Refuser les « bonnes résolutions » attendues, c’est ne pas se comporter comme un mouton. Et, ça c’est plutôt pas mal, non?

Alors, on ne change rien ?

Zapper les bonnes résolutions ne signifie pas non plus ne rien changer et conserver ses mauvaises habitudes ! L’idée, c’est avant tout de ne pas foncer tête baissée et de ne pas clamer haut et fort, un rien éméché, le 31 au soir, tout ce que vous allez accomplir de grand et beau cette année.

  • Prenez le temps de vous poser et de voir ce qui compte vraiment pour vous.
  • Établissez une liste de priorités.
  • Fixez-vous de petits objectifs concrets et réalisables plutôt qu’un gros trop ambitieux: les sportifs planifient à l’année leur plan d’entraînement – et pas sur un seul jour. Faites de même.
  • Allez-y petit à petit et soyez patient : changer ses habitudes prend du temps et demande de la persévérance et de la motivation.
  • N’attendez pas pour vous y mettre. Le « bon moment » n’existe pas ! Vous pourrez toujours faire des ajustements en cours de route.
  • Ne vous focalisez pas sur les échecs ! Rebondissez et félicitez-vous pour chaque progrès, même minime.
  • Et surtout, n’ayez pas peur de ne pas prendre de bonnes résolutions le 1er janvier si c’est uniquement pour vous donner bonne conscience !

Bon début d’année à tous !