Filière Anaérobie Alactique

anaérobie alactique

Filière Anaérobie Alactique

En fonction de l’effort physique que vous effectuez, votre corps a plus ou moins besoin d’énergie pour le réaliser. Cette énergie provenant des différents aliments que vous mangez, permet aux muscles de se contracter durant cet effort. La filière anaérobie alactique est l’une des 3 filières existantes. Nous allons étudier son fonctionnement ainsi que les moyens permettant de l’améliorer.

L’Anaérobie Alactique : son fonctionnement

La filière anaérobie alactique est appelée ainsi car il n’y a ni intervention d’oxygène ni production supplémentaire d’acide lactique dans les muscles en action durant son fonctionnement. L’énergie nécessaire à la contraction musculaire est délivrée par la dégradation de l’ATP (Adénosine Tri Phosphate). Cette filière correspondant à l’utilisation de l’ensemble de cette ATP présente dans le corps. L’eau hydrolyse la liaison phosphate de l’ATP, c’est à ce moment que l’énergie est libérée. Cependant les réserves en ATP dans les muscles sont faibles. L’organisme va malgré tout pouvoir le resynthétiser grâce à la phosphocréatine. Ce système s’épuise rapidement par la diminution de celle-ci.
Cette filière se met en place pendant un effort court et intense d’une durée de 0 à 10 secondes, tel que le sprint, le saut ou les lancés. Elle peut aussi être utilisée en musculation pour améliorer sa vitesse d’exécution mais aussi sa récupération, facteur très important afin d’être performant sur chaque série.

Besoin de se défouler

Les journées sont souvent durs, par un travail stressant qui impose de lourdes responsabilités, le fait d’avoir des enfants n’est certainement pas de tout repos, la vie d’étudiant apporte aussi son lot de stress et les mauvaises nouvelles ou disputes ne sont pas bénéfiques à votre bien-être. Tout cela est une accumulation de mauvais stress que le corps et l’esprit ont besoin d’évacuer. Une séance de sport régulière vous permettra d’éliminer ce mauvais stress en vous défoulant. Vous vous sentirez plus décontracté au cours de vos journées et souvent bien plus efficace au moment où vous devez l’être, grâce à un esprit apaisé.

L’Anaérobie Alactique : amélioration de la filière

Dans ce système d’entrainement, la vitesse d’exécution est le mot d’ordre. La vitesse correspond à réaliser des actions motrices dans un temps le plus court possible. Pour travailler en filière anaérobie alactique il est nécessaire de travailler sur des efforts courts avec une intensité maximale, enchainés d’une récupération adaptée à l’effort fourni. Cet effort devra se situer entre 110 et 150% de votre VMA (Vitesse Maximale Aérobie). Avant un tel travail il est intéressant de calculer votre propre VMA afin de vous entrainer de manière précise et efficace. Mais ceci n’est pas obligatoire si votre but est de courir à une certaine vitesse pour obtenir un temps désiré. La vitesse de l’effort devra être choisie de manière à ce qu’elle soit constante tout le long de l’entraînement et la récupération devra être suffisamment longue mais non passive pour permettre à l’organisme de renouveler ses réserves énergétiques. A une telle intensité, 3 minutes sont souvent nécessaires pour permettre une resynthétisation de la phosphocréatine à environ 90%.

Il faut maintenant différencier deux points importants qui sont la puissance et la capacité :

– La puissance est ce qu’on peut décrire comme la quantité d’énergie délivrée durant un laps de temps.
Exemple de la pression de l’eau sortant d’un robinet.
– La capacité correspond à la durée pendant laquelle cette quantité d’énergie (filière énergétique) peut être utilisée par l’organisme. Les trois facteurs qui vont varier seront l’intensité, la durée de l’effort ainsi que sa récupération. La puissance est d’une intensité supramaximale sur une durée variant de 0 à 7 secondes. Sa récupération semi active devra se situer entre 1 minute 30s et 3 minutes entre les répétitions et 5 à 7 minutes entre les séries.
Exemple : 4 séries de 3 répétitions de 30m ou 4 séries de 3 répétions à l’épaulé en haltérophilie.
La capacité se travaillera sur une intensité d’environ 90% de la vitesse ou force maximale sur une durée de 7 à 15 secondes avec une récupération entre les séries de 3 à 7 minutes et de 10 minutes entre les séries.

En conclusion cette filière est à travailler pour améliorer votre vitesse que se soit en course, haltérophilie, musculation etc… ainsi qu’à rendre plus performant la vitesse de récupération de votre organisme. Ces avantages sont un système rapidement mobilisable sans apport d’oxygène. Son inconvénient est que sa limite est rapidement atteinte. L’effort de vos exercices est à effectuer de manière courte et très intense afin de ne pas passer dans la filière suivante.