Filière Aérobie

Aérobie

Filière Aérobie

La filière aérobie correspond à la filière d’endurance ou les efforts sont d’une intensité faible mais d’une longue durée tels que les marathons, le cyclisme, la natation, le cardio-training… Cet effort peut être de quelques minutes et peut aller jusqu’à plusieurs heures. Comment fonctionne-t-elle et comment l’améliorer ? C’est ce que nous allons voir ensemble dans cet article.

La filière aérobie : son fonctionnement

Cette filière met plus de temps que les filières anaérobies à s’enclencher. C’est pourquoi dans un premier temps le système anaérobie est sollicité afin que le système aérobie se mette en place en agissant sur différents paramètres et puisse à son tour jouer son rôle de production d’énergie. Dans celle-ci l’énergie provient principalement des glucoses contenus dans l’organisme. Consommant de l’oxygène, cette filière permet la resynthétisation de l’ATP par l’oxydation de ces glucoses. Son point fort et qu’elle n’est pas dépendante du glucose et peut aussi créer de l’énergie à partir des lipides, acides gras, stockés dans les tissus adipeux. Ce qui est très intéressant pour les personnes voulant suivre un programme pour une perte de poids. Cette source d’énergie est de façon théorique quasiment infini, d’où une capacité très élevée mais une faible puissance.

La filière aérobie : amélioration de la filière

Il a deux façons distinctes d’améliorer sa filière aérobie, la puissance et la capacité :

– La puissance va se travailler en réalisant des exercices visant à améliorer sa Vo2max et VMA. Les exercices seront d’une intensité élevée sur des efforts dits d’alternance d’allure et travail continu, vu dans l’article de la filière anaérobie lactique.
– La capacité va être travaillée sur des efforts de longues durées en maintenant un certain pourcentage de votre VMA. Le but étant de repousser vos limites en augmentant soit la durée de l’effort, soit son intensité. Ce type d’entrainement permet à la fois d’améliorer votre vitesse de récupération mais aussi à habituer l’organisme à encaisser un effort sur des distances, durées de plus en plus longues. La capacité peut être aussi bien travaillée sur un footing lent voir de la marche rapide pour les personnes débutantes ou en surcharges pondérales, qu’en footing rapide pour les personnes plus expérimentées. Le plus important étant de maintenir du début à la fin la même allure sur une durée fixée au préalable.

Pour conclure, pour progresser dans les exercices, sports de longues durées, travaillez votre capacité et puissance de votre filière aérobie. Essayez de varier le plus possible vos entraînements, extérieures/intérieures, intensité, durée afin de choquer régulièrement votre organisme. Ceci dans le but qu’il se réadapte constamment et ne pas adopter une routine.