Les différents morphotypes : Ectomorphe

ectomorphe

Les différents morphotypes : Ectomorphe

Le morphotype ectomorphe est généralement celui des personnes ayant du mal à prendre du poids. Les personnes correspondant à cette catégorie possèdent un bassin et des épaules étroites, une faible masse musculaire et une forte activité nerveuse qui est la principale raison de cette difficulté à prendre en masse. Alors quel entrainement et alimentation sont nécessaires pour les ectomorphes ?

L’ectomorphe : son entrainement

L’ectomorphe possède un métabolisme qui brule naturellement beaucoup de calorie par jour, même sans rien faire; il va avoir du mal à prendre du poids. Un entrainement avec des charges lourdes (entre 6 à 10 répétitions) s’impose afin de choquer l’organisme et favoriser la prise de masse. Cependant l’ectomorphe possède des articulations et un système osseux plus fragile que les autres morphotypes. Le nombre d’entrainement par semaine sera donc moindre mais très intense. Une charge d’entrainement trop importante ne permettra pas au corps de récupérer entièrement, ce qui pourrait être néfaste à son développement musculaire et risquerait de l’amener à un surentrainement. L’ectomorphe mettant plus de temps à récupérer, il est nécessaire que le temps de récupération entre chaque série soit assez long (à partir de 2 minutes) en fonction du nombre de répétitions réalisées. Pour le travail aérobie tel que la course à pied, l’ectomorphe devra fortement le réduire afin de faciliter sa prise de poids. Il devra profiter du cycle de sèche pour travailler intensément le cardio !

L’ectomorphe : son alimentation

L’ectomorphe n’a pas besoin de faire attention à la quantité de calories qu’il consomme par jour. Au contraire il est important pour lui d’augmenter cet apport journalier de façon importante (4 à 6 repas) afin de satisfaire le besoin nutritionnel de ses muscles. Même s’il a la possibilité de manger ce qu’il souhaite, il devra malgré tout avoir une alimentation saine. Croire que l’alimentation n’est pas son problème est une grave erreur. Il rencontrera des difficultés à obtenir les résultats escomptés, avec un risque de blessure accru. Et son organisme lui fera savoir. Car même s’il n’y a quasiment aucun impact visuel, l’ectomorphe le ressentira de l’intérieur (fatigue, mauvaise récupération, moins de force, douleurs articulaires…). Si une vie de sédentaire s’ajoute à une mauvaise alimentation, il risquera de cibler sa prise de poids au niveau du ventre, le reste du corps ne sera que peu ou pas affecté par cette prise de poids.

Pour conclure, reprenons les points clefs à ne pas oublier : l’ectomorphe doit réaliser un entrainement court mais intense avec une récupération bien adaptée entre les séries et les jours d’entrainement. Son alimentation représentera 60-70% du résultat final, il ne devra donc surtout pas la négliger !